Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00284
Titre critique breton : Buhez sant Ronan
Titre critique français : Vie de saint Ronan
Titre critique anglais : Life of Saint Ronan
Résumé :
A/ [Version de La Villemarqué]
Le bienheureux Ronan naquit en Irlande dans une puissante famille. « Ronan, Dieu t’ordonne d’aller habiter en Cornouaille ».
Alors qu’il priait au seuil de son ermitage, il voit un loup fuir avec un agneau en travers de la gueule. Sur une prière de Ronan, le mouton est déposé sain et sauf auprès de lui.
Le propriétaire reconnaissant venait souvent le voir mais sa femme, Keban, prit Ronan en haine. Et elle accuse Ronan d’avoir étranglé sa fille après s’être changé en loup. Mais alors qu’on jette sur le saint des chiens affamés, ceux-ci se retirent sitôt qu’il fait le signe de croix. Ronan dévoile le crime de Keban et ressuscite l’enfant. Puis il retourne à son ermitage.
A sa mort, il fut porté sur une charrette tirée par des bœufs. Keban les voyant passer se mit à blasphémer et la terre l’engloutit au lieu encore nommé la Tombe de Keban.
On enterra le saint là où les bœufs ne voulurent plus ni avancer ni reculer.

B/ – Né en Irlande d’une famille de païens, il fit des études qui le conduisirent à la foi et à la religion. Il fut évêque mais quitta cette tâche pour venir en Léon puis en Cornouaille dans la grande forêt de Nevet, faisant de nombreux miracles.
Mais une méchante femme, Keban, lui reproche de rendre les gens de la maison paresseux. Elle l’accusa d’avoir tué son enfant. Mais les gens du palais, étonnés de ce crime de la part de Ronan, demandèrent à voir le corps de la fillette. Et Ronan fut innocenté devant l’enfant vivant.
[Puis épisode de l’enterrement de Ronan et la punition de Keban].
Tous les 6 ans, on fait la Grande Troménie, le chemin que le saint faisait chaque jour, le deuxième dimanche de juillet. Les ducs de Basse-Bretagne ont élevé une chapelle
Le saint continua à faire de grands miracles : ressuscitant les enfants, soulageant les femmes. Sa fontaine fait aussi de nombreuses guérisons.

Thèmes : Vies de saints
Note :
Voir « Le juste milieu - Réflexion sur un rituel de circumambulation millénaire : la troménie de Locronan », D. Laurent, «Tradition et histoire dans la culture populaire », Centre alpin et rhodanien d’Ethnologie, Grenoble, 1990, pp. 255-292.

Versions (4 versions, 7 occurrences )



Retour à la recherche
Contact Page Facebook