Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00277
Titre critique breton : Santez Eoded
Titre critique français : Sainte Eodet
Titre critique anglais : Saint Eodet
Résumé :
En honneur d’Eoded, sainte du Léon.
Au château de Trémazan, paroisse de Landuluez (Landunvez), Gallon se maria à la fille du prince de Brest, Florenca. Ils eurent des enfants : saint Tanguy et sainte Eodet.
Mais la mort leur prit leur mère et une belle-mère maudite vint la remplacer et les maltraiter.
Saint Tanguy, fatigué, finit par partir, abandonnant sa sœur en larmes. La belle-mère devint encore pire pour Eodet, la faisant travailler sans cesse, l’empêchant de prier et de faire l’aumône aux pauvres. Puis elle décide de la marier mais Eodet qui s’est promise à Dieu s’isole dans une petite maison.
Tanguy revient à Tremazan sans être reconnu de sa belle-mère et, quand il demande sa sœur, la belle-mère lui fait croire qu’elle est devenue prostituée. Furieux, Tanguy la recherche et, croyant qu’elle cherche à s’enfuir, lui coupe la tête.
Apprenant son erreur, il retourne voir son père au château, avoue être Tanguy et avoir tué sa sœur. Eodet arrive, la tête entre les mains, se la replace sur le corps, retrouvant la vie. Le feu du ciel tombe sur la belle-mère.
Eodet comprend la méprise de son frère et lui pardonne puis meurt. Son corps est enterré à Landuluez faisant de nombreux miracles.
Jeunes gens, prenez exemple sur sainte Eodet.

Thèmes : Vies de saints
Note :
[de H. Le Jannic de Kervizal] : Gallon de Tremazan serait né vers 500, épouse Florence, fille d’Honorius, prince de Brest en 525.
La mort d’Eodet (Haude) se situerait vers 558.
Albert le Grand confirme ces points dans la vie de sainte Haude.

Études

Versions (2 versions, 4 occurrences )



Retour à la recherche
Contact Page Facebook