Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00033
Titre critique breton : Merc’hed Markiz Kerdudour
Titre critique français : Les filles du marquis de Kerdudour
Titre critique anglais : The daughters of the Marquis of Kerdudour
Résumé :
Sur un jeune prêtre de Nantes, mort au Faouët. Il a volé les deux filles du marquis de Dourdu (ou Kerdudour).
Arrivé à l’auberge, il demande qu’on lui prépare une seule chambre pour ses deux sœurs et lui. Le marquis de Dourdu, à la recherche de ses filles, trouve le prêtre couché entre elles deux.
Cruel le cœur qui n’eût pleuré sur le pavé du Faouët en voyant désacrer le prêtre. Comme il brûlait, les cloches sonnèrent toutes seules et les deux demoiselles avaient le cœur brisé.
Que Dieu pardonne aux morts, ils sont tous trois sur les tréteaux funèbres.

Thèmes : Enlèvements
Note :
[de Milin] : M. De Fréminville dans ses Antiquités du Finistère cite à la monstre de l’évêché de Cornouaille de l’an 1481, parmi les nobles du Faouët, dépendant de la châtellenie de Gourin, un certain Marc Kerdudour... Marc Kerdudour aura peut-être été transformé en « marquis de Kerdudour ». Le chant évoque-t-il ses filles ou celles d’un des membres de sa famille ? Ce double enlèvement semble remonter au XVe siècle à peu près.

Études

Versions (5 versions, 17 occurrences )



Retour à la recherche
Contact Page Facebook