Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00153
Titre critique breton : Marzhin
Titre critique français : Merlin
Titre critique anglais : Merlin
Résumé :
1/ Merlin au berceau.
Dors, mon enfant, dors donc...
– « Voici 13 mois et 3 semaines que dans le bois je m’endormis ». Conversation avec un oiseau rendant gloire à la beauté de la fille du roi. Dans son rêve, elle se voit dans la maison d’un petit « duz » (korrigan). Une tourterelle s’approche d’elle lui becquetant l’oreille.
– « Maudit soit l’heure où je m’endormis. Mes yeux pleurent d’avoir un berceau à balancer ».
Le nouveau-né se met à rire : – « Ne pleurez pas ma mère, je ne vous causerai aucun chagrin, mais ce m’est crève-cœur d’entendre appeler mon père un esprit noir. Bénie soit l’heure où je suis né pour faire le bien de mon pays ».

2/ Merlin-devin
– « Merlin, où allez-vous si matin ? ».
– « Je viens chercher l’œuf rouge du serpent marin, le cresson vert et l’herbe d’or et le gui du chêne ».
– « Merlin, convertissez-vous, laissez le gui, le cresson et l’herbe d’or. Il n’y a de devin que Dieu ».

3/ Merlin-barde
– « Ma bonne grand’mère, j’ai envie d’aller aux courses que donne le roi ». – « Vous n’irez point. En allant vous chanterez, en revenant vous pleurerez ».
Celui qui franchit la grande barrière du champ au galop aura pour épouse la fille du roi. Le jeune homme réussit mais le roi refuse la main de sa fille Aliénor.
Sur les conseils d’un vieux sage, le roi lui demande successivement trois exploits que le jeune homme réussit grâce à l’aide de la magie de sa grand’mère : rapporter la harpe de Merlin, l’anneau de Merlin, puis décider Merlin lui-même à venir pour célébrer le mariage. Quand Merlin arrive au château, émoi général, célébration des noces dans la liesse générale. Puis disparition de Merlin, au désespoir du roi.

4/ Conversion de Merlin
Kado rencontre Merlin dans la forêt : – « Qui es-tu ? ». – « J’étais barde, honoré de tous les hommes. Quand ma harpe chantait l’or tombait des arbres. Les Bretons disaient «Chante Merlin, chante !”. Maintenant, je vis dans les bois. J’ai perdu ma harpe. Les arbres d’où l’or tombait sont coupés. Les Bretons ne me demandent plus de prédire l’avenir. Ils m’appellent Merlin le fou et me chassent à coups de pierres ».
– « Pauvre cher innocent, mets ta confiance en Dieu, il donne le repos ».
– « J’ai mis ma confiance en lui et lui demande pardon. Je chanterai ses miséricordes d’âge en âge et au-delà ».

Thèmes : Résumés de vie, destinées, vies de personnages historiques
Note :
Voir le rapport de M-00153-3 - Marzhin avec le conte de J.L. Rolland, « Jojebig ha Merlin » (Voir Jef Philippe, War roudoù Merlin e Breizh, Mouladurioù Hor Yezh, 1986 ; et Dastum, collecte Mikael Madeg), ce qui atteste au moins l’existence de ce thème dans la tradition orale, sous forme de conte, alors que ce chant avait considéré par les détracteurs de La Villemarqué comme inventé par lui.
Sur Merlin, voir aussi l’étude relative à M-00258 - Yannig Skolan, faite par D. Laurent.
Voir « Les véritables prophéties de Merlin », de La Borderie, 1883, Revue de Bretagne et de Vendée, Tome 53.
Voir « Myrddhin », La Guicharduère, 1912, le clocher breton, n° 3.

Études

Versions (6 versions, 20 occurrences )

Renvois



Retour à la recherche
Contact Page Facebook