Kanaouennoù an hengoun dre gomz e brezhoneg
kavet el levrioù, kelaouennoù ha dornskridoù
Distro d’an enklask

Resisadurioù diwar-benn ar c’han

Dave : M-00246
Titl unvan e brezhoneg : Janig an Normand laeret gant ur c’habiten a vro Holland
Titl unvan e galleg : L’enlèvement par le capitaine hollandais
Titl unvan e saozneg : The kidnapping by the Dutch captain
Diverradur :
Les plus belles filles de Plogoff, Chanik an Ormant de Lescoff et Marie Bourdon gardent les moutons sur l’étrave du Raz.
Les jeunes filles fuient en voyant atterrir à Bestré des capitaines vêtus de rouge et le glaive au côté.
Rattrapée sur la crête des fossés et embarquée, elle pleure son frère prêtre, l’absence de barques de Lescoff à Bestré, sa mère. Le capitaine hollandais lui dit :
– « Venez avec moi de boutique en boutique acheter des étoffes ». – « Plutôt une robe d’étoupe filée par ma mère ». – « Venez boire des vins les plus doux ». – « Plutôt l’eau de prunelle, si ma mère me la donnait ». – « Jeannette, pour vous, je me ferai chrétien, nous armerons une frégate pour aller voir ma belle-mère à Lescoff ».
On pouvait voir Jeannette danser sur le pavé de Hollande, vêtue d’un habit écarlate.
– « Que les oiseaux portent de mes nouvelles à Lescoff. Mère, venez avec moi dans mon pays ». – « Non ! Je veux ma tombe à Plogoff ». – « Adieu mes sœurs, vous, mon frère, viendrez me voir en Hollande. Adieu, cimetière de Plogoff, j’aurai une tombe neuve en Hollande ».

Tem : Skrapadegoù gant moraerien
Notenn :
[de H. Le Carguet] : Chant relatif à un événement de la première moitié du XVIIe. Chanik an Ourmant est née le 27 avril 1609 et Marie Bourdon le 27 juin 1606.
La tradition orale complète ce chant : Marie Bourdon échappa à l’enlèvement car en tombant son aiguille à tricoter lui pénétra la joue. Évanouie, elle fut laissée sur place.

Studiadennoù

Stummoù resis (4 stumm resis, 4 degouezh )

Liammoù



Distro d’an enklask
Darempred Pajenn Facebook