Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-01059
Titre critique breton : Distro ar c’homandant gloazet
Titre critique français : Le retour du commandant blessé
Titre critique anglais : The return of the wounded commander
Résumé :
A/
Dans la nuit, quand tous dormaient, je n’entendais nul bruit sinon un petit merle qui disait : « Courage, les filles, votre galant arrive. Il est là-bas en mer et demande mariage ».
Marie-Ange demandait : – « Qui est blessé ? ». – « Un seul. Je crois que c’est le commandant : votre galant ».
– « Si c’est mon galant, je vendrai mon tablier, mon mouchoir et mes bagues pour guérir ses blessures ».

B/
Dimanche à minuit, tous reposaient, je n’entendais nul bruit qu’un oiseau royal qui chante et qui rechante.
– « Courage, courage, jeune fille. Il ne manquera pas de galants sauf celui de Jeannette. On dit qu’il a été tué, traversé par un boulet ». – « Silence, Jeannette, il ne manquera pas de galants quand même il vous en faudrait un cent ».
– « Celui-là était le mien ! »

Thèmes : À l’armée ; La maladie ou la mort
Note :
La grand-mère de Françoise Trécan (chanteuse du groupe Dir ha tan), de Saint-Gille en Hennebont chantait ce chant en précisant « Il s’agit de la Jeanne du château », ce qui peut amener à supposer un rapport avec Jeanne la Flamme (Voir M-00011 - Janedig ar Flamm) ou, du moins, une croyance populaire locale sur ce sujet.

Versions (3 versions, 9 occurrences )

Renvois



Retour à la recherche
Contact Page Facebook