Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00172
Titre critique breton : Laeron Plufur (Guyon Kere)
Titre critique français : Les voleurs de Plufur (Guyon Kere)
Titre critique anglais : The thieves of Plufur (Guyon Kere)
Résumé :
C’était trois hommes de Plufur qui décident de passer la soirée à Crec’hmorvan. Ils entrent dans la maison par le toit. – « Guyon Quéré, emportez mes biens mais laissez-nous la vie ».
Avant de partir, il attache le mari et la femme sur leur lit.

Quand le seigneur marquis arrive dans la métairie, il les trouve attachés. Il part à la recherche de Guyon Quéré et du grand Ollivier qu’il trouve dans une auberge.
Dans sa prison, Guyon Quéré disait : – « Je vois le grand Ollivier qui n’est pas encore pris, il sauvera sûrement sa peau. Je ne blâme personne, si ce n’est le fils Le Bris de Ploubezre. Il m’avait demandé un enfant non baptisé pour m’apprendre le secret pour voler sur les chemins. Je rencontrai une femme enceinte de huit mois et demi, l’éventrai avec mon coutelas et en retirai le plus beau fils qui soit.
Après je tuai mon père dans son lit et allumai le feu sous lui. Quand ma mère me demandait un ciboire pour mettre son beurre, j’allais à Plougasnou, m’emparais du ciboire et mangeais les hosties.
Un plus beau coup encore, j’attachais ensemble un prêtre et une femme et laissais courir trois pièces de vin.
Priez pour moi mes amis, pendez-moi quand vous voudrez ».

Thèmes : Vies déréglées, sorcellerie, bandits, bons à rien
Comparaison entre versions :
Crec’h Morvan = Kermorvan.
An Olier = Guion Kere + Fañch ar C’halve ha map ar Mazer de Pluzunet (mab ar Briz de Ploubezre).
Le seigneur marquis = aotrou Gerlavar.
Map ar Mazer e Plouber, pe e Tonkedek, pe er Ginkiz e Plunet.

Versions (6 versions, 10 occurrences )



Retour à la recherche
Contact Page Facebook