Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Interprète :

Référence : D-01022
Nom : DERRIEN
Prénom : Jean
Lieu associé : Louannec (Louaneg) [Nantouar]
Notice :
TROADEG Ifig, Carnets de route, p. 19 : Jean Derrien, né à Ploubezre en 1920, est une figure de la scène trégorroise. Il intègre la troupe Beilhadegoù Bro Dreger dès sa création en 1959 et en restera un des piliers pendant près de 20 ans. Très vite, en plus des chansons du répertoire traditionnel qu’il a apprises et qu’il chante lors des veillées, il se met lui-même à composer : « Pesketaer ar Ieodet » (1959) qui reste sa chanson la plus connue, « Nevez Amzer » (1960), « Son ar pesketaer » (1961), « Ar pok kentañ » (1961), « Erru eo ar vartoloded » (1963), « Ar merc’hetaer » (1963), « Ar wezenn avaloù » (1964), « Kastell Tonkedeg » (1964), « Parroz Louaneg », « Ar marc’h bihan gwenn », « War vord ar mor » (1966), « Marie Madeleine », « Jañ Maï blev hir » (1966), « Ar morad bras » (1967), « Lâret ‘deus din » (1968), « Ar palourded daonet » (1987), « Gavotenn Lannuon » (1990). Il compose également quelques chansons en français : « Si Louannec se trouvait en Provence », « La locomobile », « Venez donc à Nantouar », « Les FTP de Nantouar ».

Liste des chants recensés pour cet interprète : (5 chants)

Titre critique breton Titre critique français Titre critique anglais


Retour à la recherche
Contact Page Facebook