Kanaouennoù an hengoun dre gomz e brezhoneg
kavet el levrioù, kelaouennoù ha dornskridoù
Distro d’an enklask

Resisadurioù diwar-benn ar c’han

Dave : M-00062
Titl unvan e brezhoneg : Ar breur falstamaller (Markizez Degange)
Titl unvan e galleg : Le frère calomniateur (La marquise de Gange)
Titl unvan e saozneg : The slanderous brother (The Marquise de Gange)
Diverradur :
Sur la marquise Degange, fille du duc de Rohan et héritière de ses biens. Elle va faire son éducation, puis mariage avec le marquis d’I (markiz an I). Après trois mois de solennités, départ à la guerre.
Un ange apprend à Radegonde la mort de son mari. Elle retourne à Rohan et pleure son mari pendant un an.
Elle remarie au marquis de Gange, homme puissant, de peur de le désobliger. Départ du nouvel époux à la guerre. Naissance de jumeaux. Nouveau départ pour la guerre, le marquis De Gange confie sa femme à un curateur.
Le curateur essaie de circonvenir la marquise pendant l’absence du mari. Refus net de celle-ci. De dépit, le curateur écrit alors au marquis, lui faisant croire que sa femme le trompe.
Retour du mari furieux. Il dit à sa femme d’aller dans la chambre de la tourelle, la fait se déshabiller et la transperce de son épée. Le marquis, trop tard, se rend compte de son erreur et va en enfer avec le curateur et sa femme va au ciel.

Tem : Distro ar brezelour (kozh)
Notenn :
Note historique [d’Anatole Le Braz] : La clé de ce chant se trouve dans l’ouvrage publié en 1785 à Toulouse par le sieur P.P. Besdel « Abrégé des causes célèbres et intéressantes, avec les jugements qui les ont décidées ». Il y est question de l’histoire de la marquise de Gange.
Mademoiselle de Châteaublanc, fille du sieur de Rossan, épouse en 1649 le marquis de Castellane. Veuve et remariée en 1658 avec L. De Lanide, marquis de Gange.
L’abbé et le chevalier de Gange, frères du marquis, convoitaient sa femme mais, repoussés, ils voulurent se venger. Ils persuadent la marquise de signer un testament en faveur de son mari et, le 17 mai 1667, ils l’obligent à prendre un poison. Elle essaie ensuite de s’enfuir mais, rattrapée, l’abbé la transperce de son épée. Sa mère intente un procès à l’issue duquel l’abbé et le chevalier sont rompus vifs et le marquis se voit confisqué ses biens et banni à perpétuité.

Studiadennoù

Stummoù resis (25 stumm resis, 57 degouezh )



Distro d’an enklask
Darempred Pajenn Facebook