Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-01127
Titre critique breton : Marv ar marc’hadour yaouank war ar mor
Titre critique français : La mort en mer du jeune marchand
Titre critique anglais : The death of young merchant at sea
Résumé :
A/
Le marchand disait sur les pavés de Rouen : – « J’ai choisi une petite maîtresse coquette et mince ».
– « Venez bergère, acheter de la toile fine. Venez faire une promenade et me choisir un logement ». – « Je n’irai point. Les gens sont malins et parleraient de moi ».
Huit jours après, ils étaient fiancés. Trois mois après, ils étaient mariés.
– « Je vais maintenant sur mer ». – « N’allez pas sur mer. La mer est traîtresse. S’il vous arrivait malheur, me voici orpheline, ici où je ne connais personne ».
Alors qu’elle dormait, un ange frappe à la fenêtre : – « Levez-vous petite veuve. Voici le cœur de votre époux dans un coffret ».
Deux capucins la conduisaient à l’église. Les larmes de ses yeux tombaient comme la rosée.
Mieux vaut être orphelin que veuve. Un orphelin trouvera emploi, le cœur d’une veuve est tourmenté nuit et jour.

B/
– « Mon mari, n’allez pas en mer ; votre bateau est petit. Que ferais-je si vous mourriez ? ».
Alors qu’elle dormait, trois coups sont frappés à sa fenêtre : – « Voici le cœur de votre mari dans une boîte d’argent ».
Pitié de voir la veuve sur les pavés de Rouan (?), trois enfants habillés de noir à sa suite, ses larmes tombant sur la terre.
– « Je voudrais être au Paradis entre mes enfants et mon mari et y chanter avec les anges ».

Thèmes : La maladie ou la mort

Versions (3 versions, 9 occurrences )



Retour à la recherche
Contact Page Facebook