Songs of oral tradition in the Breton language
in books, reviews and manuscripts
Back to search

Characteristics of the song

Reference: M-00165
Critical Breton title: An den direzon (Olier Hamon)
Critical French title: Le bon à rien (Olivier Hamon)
Critical English title: The good-for-nothing (Olivier Hamon)
Summary:
Mon père et ma mère avaient du bien. Ils m’envoyèrent à l’école à Vannes espérant que je serais prêtre.
Quand les autres étudiaient, j’allais à l’auberge et courtisais les filles.
Quand mes parents apprirent la vie que je menais, ils m’écrivirent de revenir à la maison pour travailler.
Après trois mois, les côtes brisées à porter la pelle, j’eus l’idée de me marier à une belle fille fortunée. Dans les trois ans, tout était mangé, j’abandonnais femme et enfants et partais à Redon m’engager dans les Dragons.
Trois mois plus tard, je désertais, me cachais au château paternel et me mettais à voler avec deux ou trois camarades quand les archers nous prirent.
– « Tu seras pendu à la cime d’un arbre à la porte de ton père ».
– « Mes enfants, ne m’imitez pas, écoutez votre mère et faites le bien. Pour moi, la vie est perdue ».

Themes: Unregulated lives, sorcery, bandits, good-for-nothings
Note:
[de F. Cadic] : Il voit dans ce chant un rapport avec l’épisode relaté par M. Allanic dans son étude sur l’histoire du collège de Vannes.
En 1743, Gabriel Le Roy de Meslan, étudiant dévergondé à Vannes, se trouve impliqué avec deux compagnons dans une affaire de meurtre. Ils disparaissent et sont retrouvés cinq mois plus tard dans le grenier paternel à Meslan. Il est alors condamné à être rompu vif le 25 septembre 1744.

Comparison between versions:
D’autres versions, tant vannetaises que du Goélo, nomment cet étudiant : Ollier Hamon. Dans la version vannetaise, il finit simplement comme scribe chez un notaire de Quimper. Dans la version de Goélo, il va à l’école de Tréguier, à St Malo puis à Quimper pour trouver l’évêque de Bodlinker.

Versions (8 versions, 14 occurrences )



Back to search
Contact Facebook Page