Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues, manuscrits, disques, cassettes, CDs
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-01092
Titre critique breton : Ar wech kentañ, plac’hig, ’m boa ho anavezet
Titre critique français : La première fois, jeune fille, que je vous ai vue
Titre critique anglais : The first time, young girl, that I saw you
Résumé :
A/
– « La première fois que je vous ai connue, c’était à Pluneret, après la messe, avec vos parents sur le seuil du cimetière. »
J’ai vendu tous mes livres et pris la fantaisie de n’aimer qu’elle. Ses yeux sont comme des diamants. Voilà une fille à mon goût. Ses parents étaient consentants mais ses frères refusaient. – « Achevez, mon garçon, ce que vous avez commencé. Laissez les filles et faites-vous prêtre. »
Sa première messe était à Quimper. Ses larmes mouillaient l’autel avec le regret de sa maîtresse et à cause de ses frères. – « Ils m’ont fait prendre une charge que je ne peux assumer. J’avais mis dans mon esprit d’aimer une demoiselle. »

B/
– « La première fois que je vous ai connue, c’était à Pluneret sur le seuil du cimetière. Je contemplais votre beauté. Vous étiez comme un ange descendu du ciel. – « Jeune clerc, vos paroles m’ont gagnée. Aimons-nous comme des gens de bien. »
– « Hélène, pourquoi vous attrister ? » – « On dit que vous devez vous faire prêtre. » – « C’est la vérité. Vous ferez comme la tourterelle qui a perdu sa moitié et va mourir entre le buisson et la terre. »
– « J’irai me faire religieuse. Je dirai aux filles de ne pas être sottes comme moi et de ne pas s’attacher aux garçons sans être sûres de leur fidélité. »

C/
Sur un clerc qui a décidé d’être prêtre.
Sa première messe était dans l’évêché de Quimper. Ses larmes mouillaient le papier.
– « Je suis dans un état que je ne peux assumer. »
Et il se prend de fantaisie pour une demoiselle de la ville…/…

Thèmes : Dans les ordres, étudier, en voyage

Versions (12 versions, 25 occurrences )



Retour à la recherche
Contact Page Facebook